Fumure d’entretien

Base de la fumure d'entretien de printemps

  • La fumure d’entretien est généralement pratiquée en sortie d'hiver et au printemps. En effet, un apport azoté à l'automne sensibilise généralement l'olivier au gel. En cas de carence ou de forte récolte, une fertilisation autre qu'azotée peut être effectuée à toute période de l'année.
  • La fertilisation annuelle assure à l’olivier un complément nutritionnel aux prélèvements sur les réserves du sol. Elle est raisonnée selon :
    - les caractéristiques du sol, fournies par l’analyse de sol.
    - le mode cultural : des itinéraires techniques comme le broyage des bois de taille, l'irrigation et le maintien d'un couvert végétal influencent l'équilibre minéral.
    - la croissance des arbres et la récolte : une fumure azotée non adaptée peut renforcer l'alternance de production.
    - l'état nutritionnel des oliviers, fourni par l'analyse foliaire.
    - les problèmes physiologiques ou pathologiques comme le brunissement des olives ou la verticilliose.
  • Deux exemples de fertilisation annuelle sont proposés ci-dessous pour des vergers produisant respectivement 3 et 6 tonnes d’olives par hectare:
Fertilisation annuelle d’entretien Azote (N en kg / ha) Phosphore (P2O5 en kg / ha) Potassium (K2O en kg / ha) Magnésium (MgO en kg / ha)
Verger produisant 3 tonnes d’olives / ha 50 20 60 15
Verger produisant 6 tonnes d’olives / ha 75 30 90 25

 

  • Ces deux modèles sont donnés à titre indicatif. Ils ont été élaborés pour un sol bien précis: limon sablo-argileux (environ 20 % d’argile) bien équilibré avec un taux de matière organique de l’ordre de 2 %. Aussi, la fumure d’entretien doit être raisonnée et corrigée selon l’appréciation de certains critères:
Facteurs de correction de fumure Azote (N) Phosphore (P2O5) Potassium (K2O) Magnésium (MgO)
Sol très calcaire   + + * // + + * // + * //
Sol très argileux   + + * // + + * // + * //
Sol très filtrant //   + // + //
Forte teneur en matière organique - - -  
Faible teneur en matière organique + + // + + * + *  
Carence du sol en l'élément à apporter   + + // + + + * //
Irrigation + + + +
Fumure d’entretien de type minéral // // // //
Combustion du bois de taille + + + +
Enherbement à base de graminées +      
Enherbement à base de légumineuses - -   +  
Forte récolte précédente +   + +  
Faible récolte précédente -   - -  
Forte vigueur des arbres - -      
Brunissement des olives - - + - -
Verticilliose - -      
- : légère réduction de la fumure + : léger renforcement de la fumure
- - : forte réduction de la fumure + + : renforcement soutenu de la fumure
// : fractionnement des apports * : sauf si sol bien pourvu

 

Formulation des engrais et calcul des apports d'engrais

  • La formulation d’un engrais de type 5-10-8-2 indique la proportion:
    - d'azote (sous la forme N): 5 % d'N
    - de phosphore (sous la forme d'anhydride phosphorique P2O5) : 10 % de P2O5
    - de potassium (sous la forme de potasse K2O) : 8 % de K2O
    - de magnésium (sous la forme de magnésie MgO) : 2 % de MgO. L'indication de la proportion en magnésie n’est pas systématique.
  • Pour connaître la quantité d'ammonitrate (33 % d'N) nécessaire pour un apport de 35 unités d'azote, le calcul est le suivant: 35 / 0,33 = 106 kg / ha.
  • Pour connaître la quantité d'éléments dans un apport de 250 kg / ha d’un engrais de type 5-10-8-2 :
    - azote: 250 x 0,05 = 12,5 unités d'N
    - phosphore: 250 x 0,1 = 25 unités de P2O5
    - potassium: 250 x 0,08 = 20 unités de K2O
    - magnésium: 250 x 0,02 = 5 unités de MgO
  • Rappel: 1 unité = 1 kg / ha

 

Emploi des engrais organiques

  • Les engrais organiques sont bien adaptés à la fumure d’entretien de l’olivier car la libération progressive des éléments minéraux correspond globalement à la période d’assimilation de l’olivier. De plus, les formes organiques de potassium et de phosphore sont bien plus disponibles pour l’olivier sur le long terme. Toutefois, durant les premières années d’utilisation, les apports seront légèrement renforcés du fait de l’immobilisation d’une partie des éléments sous la forme d’humus.
  • L’emploi de fumiers de cheval (0,8-0,3-0,9) et de mouton (0,6-0,4-1,2) permet d’associer la fumure d’entretien au renforcement des réserves du sol. Un complément organique ou minéral est conseillé car seule la moitié du fumier apporté peut évoluer au cours de l’année d’application vers des formes assimilables par l’olivier, l’autre partie étant libérée au cours des années suivantes. Les fumiers jeunes comportant peu de matières carbonées (sciure, paille…) sont à éviter en raison des risques de lessivage de l’azote en cas de fortes pluies. Le fumier de mouton présente un effet alcalinisant sur les sols.
  • L’application des engrais organiques est à positionner en sortie d’hiver (mi-février). Une légère incorporation à l’aide d’un cultivateur à griffes ou à disques améliore la minéralisation des engrais organiques.

 

Emploi des engrais minéraux

  • Les engrais minéraux se distinguent par leur solubilité et leur incidence sur l’acidité du sol. Ainsi, les engrais fortement solubles sont à privilégier pour corriger rapidement un déséquilibre minéral du végétal ou pour une utilisation dans le système d’irrigation. Les engrais les moins solubles sont davantage utilisés pour rectifier la réserve minérale du sol.
  • Azote : en sortie d’hiver, l’emploi d’azote ammoniacal est préférable aux autres formes azotées. La forme nitrique (nitrate) est employée une fois l’olivier en végétation (avril – mai). Afin de limiter le lessivage, les apports azotés sont fractionnés (moins de 35 kg d’azote / ha à chaque apport). Les engrais à effet retardant permettent une libération progressive de l’azote (et des autres éléments minéraux) tout au long du printemps.
  • Phosphore : les formes solubles sont à privilégier en départ de végétation pour une réponse rapide. Les superphosphates et le phosphate d’ammoniaque sont plutôt recommandés en sols neutres et alcalins. Les phosphates naturels conviennent davantage aux sols acides, mais leur action est lente, tout particulièrement en sols à faible activité biologique.
  • Potassium : les apports peuvent être réalisés en toute saison, en privilégiant l’emploi du sulfate de potasse (0-0-50) durant le printemps. Le chlorure de potassium (0-0-60) doit être utilisé durant l’hiver. Le potassium est d’autant mis à profit par l’olivier que les apports sont fractionnés durant le printemps et l’été. Le patentkali (0-0-28-8) est approprié aux sols présentant des carences magnésiennes.

 

Emploi des engrais foliaires

  • La fertilisation au sol est à privilégier. Pourtant, les racines ne sont pas les seuls organes capables d’assimiler les éléments nutritifs : les feuilles (notamment les jeunes) le peuvent aussi. La disponibilité de l’engrais est alors immédiate. L’utilisation d’engrais foliaires permet de corriger rapidement les carences nutritionnelles de l’olivier.
  • Les produits enrichis en bore (environ 300 g de bore / ha) employés avant la floraison améliore sensiblement la formation des inflorescences ainsi que la nouaison.

*La présence de bore est indispensable dès le départ de la végétation pour stimuler la migration des sucres vers les inflorescences puis à la floraison pour activer la croissance du tube pollinique et favoriser les processus de fécondation. En raison de la lenteur de la mobilisation des réserves de l'olivier, un apport foliaire avant la floraison est recommandé.

*Le zinc a un rôle déterminant dans la synthèse des aminoacides précurseurs des molécules porteuses des arômes et des tanins de l'huile d'olive et du charnu des olives en confiserie. Les terroirs oléicoles du sud de la France sont déficients en zinc et un apport de zinc après la floraison est indispensable pour assurer un niveau satisfaisant dans la plante.

*L'activité physiologique de l'olivier étant lente, il lui est difficile d'assurer ses besoins spécifiques aux stades critiques : floraison, nouaison, durcissement du noyau.

*La fertilisation foliaire adaptée, complémentaire de la nutrition par le sol est parfois recommandée.

*La fertilisation foliaire concerne les cinq éléments nutritifs suivant : l'Azote, le Phosphore, le Magnésium, le Bore et le Zinc. Elle se conçoit selon 3 modes :

- stimulation de l'activité biochimique foliaire grâce à l'absorption d'hormones, d'auxines ou de composés enzymatiques,
- correction des carences par voie foliaire de l'élément déficient dans la plante,
- nutrition foliaire par l'absorption des éléments indispensables dans les organes aériens au moment où leur présence est nécessaire à l'activité de la plante.

*Pour être efficace les traitements foliaires doivent apporter les éléments sous une forme qui permet à la fois la pénétration dans les organes aériens et leur transport vers les sites d'activité.

*Les traitements foliaires sont inefficaces sur les parcelles âgées et manquant d’entretien. La période de traitement concerne les rameaux de l'année d'avril à août.

*Il est difficile d'indiquer les quantités d'éléments à apporter car l'efficacité réside à la fois dans la pénétration des éléments et leur mobilité dans la plante.

*Les seuils d'efficacités suivant pour des produits pénétrants, bien pulvérisés, relevés dans la littérature, sont donnés à titre indicatif pour des vergers adultes équilibrés :

- azote: 1 kg / ha
- phosphore: 1 kg / ha
- bore: 200 g / ha
- zinc: 100 g / ha