Restauration olivette abandonnée

Forum général
BOUVIER
Messages : 25
Inscription : 06 déc. 2012 23:31

Restauration olivette abandonnée

Message par BOUVIER » 06 déc. 2012 23:37

Bonjour a tous
je suis un jeune passionné de 27ans du Gard et j'ai entrepris depuis peu l'achat d'une olivette abandonnée depuis très longtemps. Ce projet est passionnant mais hélas couteux. J'ai la chance d'avoir du materiel agricole a disposition mais j'ai besoin d'autres equipements, comme un broyeur par exemple

j'ai lu dans un livre sur l'olivier qu'il existerais des fonds europeens d'aides aux porteurs de ce type de projets, meme les particuliers comme moi. Pensez vous que cela soit vrai et si oui ou se renseigner?

Merci

Languedoc
Messages : 249
Inscription : 03 juil. 2011 17:33

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par Languedoc » 08 déc. 2012 19:49

Salut à toi , et surtout soit le bienvenu dans cette passion qu'est l'Oleïculture ! ça fait plaisir de voir un jeune s'interesser à cette culture ! Nous sommes si peu ! A part l'achat même de cette olivette , il y a , c'est vrai , des investissements incontournables ! Mais ... progressifs ! Je m'explique . J'ai , à peu prés , commencé comme toi en restructurant les anciennes parcelles de mon grand-père , abandonnées depuis 25 ans .Pour le matériel , ça dépend du nombre d'oliviers ; du type même de conduite de ton olivette ( bio ou non) !Si tu comptes desherber , enherber ou passer les griffes , irriguer ou non ( donc un matériel adapté)! Il te faut un tracteur , un broyeur ( tu peux en trouver d'occasion sur leboncoin ou sur agriaffaire) , une tronçonneuse , un bon coupe ronce , un ciseau de taille ; pour le début. Mais essentiellement de la motivation ! C'est du travail , long...mais quel résultat ! Ne commence pas à tailler ( ou à rabattre) tes oliviers avant la fin des gels . Il y a trop de risques . Par la suite il te faudra un pulvérisateur arboricole ( neuf en bio ou d'occasion ) . Commence tes 1eres récoltes au peigne électrique ; puis étoffe ton matériel de récolte suivant tes besoins ; mais surtout ... suivant tes bénéfices ! Il ne faut pas s'emballer en achats onéreux , mais y aller progressivement ; car les récoltes ( pour des raisons naturelles dues à la physiologie même de l'olivier , ou climatiques) sont relativement aléatoires . Je n'ai pas entendu parlé d'aides ou de subventions concernant notre culture ( mis à part en Bio) . Tu verras ( apprécieras même) cela ; car si on ne nous donne rien , on ne nous demande rien ( ou peu ) . C'est le prix de la liberté! Egalement , rentre en compte, quel est l'objectif de ta production ! Moulin privé et vente directe , ou moulin coopératif ? Si tu as l'esprit coopératif ( c'est une mentalité ) et que tu n'es pas trop loin de Sommieres , je pense que nous nous ferons un plaisir de t'accueillir au moulin de Villevieille . Si ça t'interesse contacte moi .Et n'hésite pas à poser des questions . Je me ferai un plaisir d'y répondre . A trés bientôt

BOUVIER
Messages : 25
Inscription : 06 déc. 2012 23:31

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par BOUVIER » 10 déc. 2012 18:29

Bonjour,

Merci a toi pour cette réponse!

Pour préciser un peu ma situation Je suis en train d'acquérir une petite parcelle de 20 ares, aux dires des voisins elle n'a même jamais connue de tracteur!! Les arbres sont plantés assez serré selon moi, je dirais qu'il doit y avoir une soixantaine dérbres sur la parcelle. Les oliviers présents ont évidemment gelés en 56 et donnés beaucoup de repousses qui ont elles brulées lors d'un incendie il y a plus ou moins 10 ans. Aujourd'hui aucun arbre n'est mort et le souches sont reparties a 7-8 départs tous ayant des branches et des feuilles et pour la variété au vu de quelques olives qui veulent bien encore pousser par ci par la je dirais des picholines.


Pour l'instant etant donné que le notaire fait son office je me suis borné a faire des passages entre les arbres. J'ai juste degagé complètement un ou deux arbres. J'ai des tracteurs, un broyeur a fleaux et depuis ce week end un GARD a marteaux, des disques, un griffon etc. Mon but est de remettre celle ci en production, si possible de racheter deux autres parcelles attenantes dans le même etat pour arriver a un demi hectare.
Ajouté aux arbres de famille ca sera bien suffisant pour le temps que j'ai.

J'aurais besoin de conseils même si j'ai des notions depuis que je travaille ceux de la famile, comment apprendre la taille de restauration, la taille de fructification,
Sachant que je ne pourrais pas irriguer vaut il mieux un couvert vegetal immediat ou dois je la travailler au moins les premieres années,

Au bout de combien d'années pourrais je esperer faire un petiite recolte,
des questions pour en avoir...j'en ai!!

Merci encore

Languedoc
Messages : 249
Inscription : 03 juil. 2011 17:33

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par Languedoc » 15 déc. 2012 01:49

Bonsoir ! Pourrais tu poster quelques photos sur le forum ? ça serait plus facile pour évaluer le travail et les possibles démarches à suivre .

BOUVIER
Messages : 25
Inscription : 06 déc. 2012 23:31

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par BOUVIER » 15 déc. 2012 22:02

Bonsoir Languedoc,
voici quelques photos, je pense que ca sera pas tres parlant mais c'est tout ce que j'ai

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Sur cette dernière photo on peut voir un des arbres que j'ai dégagé, je précise qu'il y en a pas mal de plus gros, j'espère que tout ca gardera une cohérence par la suite. Certaines souches présentent deux troncs coupés post 56 de 20-25cm de diamètre, je pense que cette olivette a au moins 100ans (non entretenue depuis presque 60ans)

claudeduvar
Messages : 144
Inscription : 05 sept. 2007 22:10

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par claudeduvar » 17 déc. 2012 20:23

bonsoir à tous

pour avoir repris en 86 des oliviers abandonnée suite gel de 56 je te livre mes observations.

ce n'est que maintenant depuis 4 ou 5 ans que je recolte bien, il y avait pas loin de 2 hectares en sol un peu ingrat, faut pas chercher un gros retour sur investissement si c'est pour faire du benéfice vaut mieux chercher ailleurs.
faut greffer de suite sur du bois neuf des variétés reguliérement performantes autour de ton verger, bien adaptées au sol et climat.
sur des souches assez grosses, les rejets ne peuvent pas se developper correctement, faut les enlever( sacré boulot, tracto!!!) ou si on a pas les moyen y mettre gros feu en hivers et ensuite partir avec des nouveaux plants ou greffe si ça rejette.

bon courage

Languedoc
Messages : 249
Inscription : 03 juil. 2011 17:33

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par Languedoc » 18 déc. 2012 01:50

Salut "Gardois" . Tout d'abord , tu as du courage !!!! Je vais etre franc avec toi ; il nous reste actuellement ( de famille ) 2 parcelles qui sont exactement à l'identique de celle que tu as acheté . Mais ayant des terres libres , jachères au grand potentiel , j'ai préféré partir sur des plantiers , simplement , que de les restaurer ; pour les mêmes raisons que celles énoncées par claude , c'est à dire : beaucoup de travail et une trés faible rentabilité à moyen-long terme . Ainsi , sur ces terres riches ( un minimum drainantes) , on peut entrevoir aux alentours de la 5ème année une vrai récolte .Les 2 autres parcelles que j'avais restauré , n'étaient abandonnées que depuis 25 ans . Mon grand père avait en 56 pris le soin de former 4 charpentières principales , et les avait greffé ! Donc , mis à part les ronces , l'oliveraie avait ( avec quelques soins ) un potentiel productif certain ( et rapide ) .


En ce qui concerne ta parcelle , tu as un sacré travail ,et seule la passion peut en venir à bout . C'est possible ! C'est réalisable ! Cette parcelle a surement été totalement abandonné en 1956 .
Mon avis ( et ce n'est que mon avis ) , il faut que tu élimines un maximum de concurrence avec tes oliviers ; au moins dans un périmetre de 6-7m autour d'eux ; garder si tu le souhaite ( pour le plaisir , l'esthétique) un cade , un chêne par ci par là ; mais aère bien ta parcelle ; broie l'ensemble des végétaux au plus ras possible ; et par la suite , si c'est possible aère également ( mais juste en surface ) ta terre avec des "griffes". Tu as un superbe muret à restaurer . Pour tous les arbustes ( cade , chêne vert ou blanc , buis , etc...) le moyen radical de les supprimer définitivement , c'est de les couper à ras , de les "percer" ( tronçonneuse ou perceuse suivant la taille ) et d'y injecter du glyphosate ; et bien sûr en hivers! Par la suite ( au printemps ) il te faudra " tailler" ... faire des choix au cas par cas ! Alors partir sur 1 ou plusieurs charpentières ? Telle sera la question ! Avec mon expérience ,et celle d'un collègue, nous avons constaté qu' à un moment donné , supprimer 2 charpentieres sur 3 , ou 3 sur 4 , permettait à l'unique restante de produire autant , et de se developper avec plus d'équilibre et plus de vigueur . Mais je t'avoue que sentimentalement c'est un crève coeur ( la mémoire des ancetres) ! Attention à l'explosion des gourmands au dessus du systeme racinaire . Il te faut favoriser ta charpentiere et que toute la sève lui soit destinée ( donc nettoyage régulier et élimination des gourmands) . Il me semble sur les photos que certains oliviers pourraient etre conduit directement en mono-tronc . Pour les autres , notamment la 1ere photo , laisse 2-3 charpentieres et vois leur évolution . Comme dit claude , une greffe sera envisageable .
Un autre exemple .J'ai eu , sur les parcelles restructurer le cas d'une dizaine de charpentières gelées en 95-96. Des racines ,sont partis des milliers de gourmands . Aprés les avoir laissé se développer naturellement , j'ai choisi les plus vigoureux ( un unique , ou plusieurs ) ! J'ai constater ( et nos spécialistes du monde oleïcole également ) que si dans un 1er temps , l'aspect de l'olivier se rapproche plus de l'olivastre ( olivier sauvage) , celui-ci peut (ou pas ) s'affirmer dans la variété d'origine avec un travail suivi de la parcelle . Ainsi aprés 5-6 ans, certaines charpentieres ( chez moi ) se sont confirmées en Picholine , Négrette ( tant au niveau du feuillage , de l'olive que de l'écorce) . D'autres sont définitivement restées sauvages ; dans ce cas là , un greffage est nécessaire . Voilà ! Il te faudra probablement amender ta terre pour la redynamiser et donner une bonne impulsion à la croissance de tes oliviers ( phosphate d'ammoniaque pour booster les racines ; sinon un bon engrais complet ; à voir avec un technicien ) Sinon , tu verras qu'un bon cuivre fait déjà bien changer la physionomie d'un olivier .

L'idéal , dans tous les cas , serait pour toi de contacter Edy Spagnol qui dirige le conservatoire des oliviers de Durban , dans les Corbieres ! Il est d'excellent conseil et a une grande expérience technique et pratique de ce style de chantier . D'ailleurs Edy , si tu lis ce sujet , tes conseils seraient les bienvenus .
A trés bientôt ! Plus que 2 jours et je termine ma récolte ! Mais avec cette humidité et cette chaleur , les picho. font de la résistance

Languedoc
Messages : 249
Inscription : 03 juil. 2011 17:33

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par Languedoc » 18 déc. 2012 01:54

Tu peux trouver l'adresse mail d'Edy sur le site du conservatoire des oliviers de Durban-Corbieres

BOUVIER
Messages : 25
Inscription : 06 déc. 2012 23:31

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par BOUVIER » 18 déc. 2012 19:08

Bonsoir

merci a tout les deux pour vos remarques vos conseils et votre expérience!

Alors pour développer un peu mon cas je suis a la recherche d'une olivette depuis a peu près un an. Je précise que j'ai des terrs disponibles mais j'ai délibérément fait le choix de refaire partir une olivette abandonnée et ce pour plusieurs raisons.

La première est que le fait de débroussailer, tailler, travailler une terre abandonnée, remettre en vie en fait m'a tout particulièrement attiré.
Ensuite, comme tu dis Languedoc, il y a un charme dans cette olivette que je n'ai pas dansles autres terres de famille, elle est complètement entourée de murs, d'autre part comme j'ai dit il y a deux autres terres attenantes et en surplomb sur lesquelles je suis aussi positionné.

Jusque la mes motivations sont complètement subjectives et sans idée de rendement, mais ca reste passionnant. J'avais pour ma part dans l'idée que des jeunes pousses sur un fort mais ancien système racinaire auraient une croissance importante...
On verra bien quoiqu'il en soit j'avais bien prévu de greffer certains arbres et de combler certains trous par des plants neufs. Pour ce qui est de l'aération je ne laisse pour l'esthetique et par respect deux ou trois cades de 7-8 mètres de haut ainsi ue les gros chènes qui ont poussé en bordure.

Dans un premier temps je pensait tout broyer sur place et au printemps passer des disques lourds. Je précise que les anciens ne s'étaient pas trompés, la terre a cet endroit précis est assez profonde pour le coin (un léger coteau en limite des Garrigues et de la plaine) et étonnement riche (terre brune avec forte teneur en matière organique)
D'autre part je trouve de l'eau en profondeur à 6-8m, Pour le débi je dirais un petit cube a l'heure, peut etre suffisant pour un motopompe et un peut d'arrosage ponctuel.

Mon oncle a restaurer le même type d'oliivette il y a 4 ou 5 ans et cette année il a fait une récolte correcte. J'ai bon espoir donc de retrouver une belle olivette et je rappelle que pour ce qui est de la récolte pure, nous avons en famille une 30aine d'arbres en bonne production qui nous suffisent.

Au vu de quelques arbres qui malgré l'abandon produisent toujours un peu d'olives nous avons dans cette olivette des....picholines!!! Quelle surprise!

Languedoc
Messages : 249
Inscription : 03 juil. 2011 17:33

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par Languedoc » 19 déc. 2012 20:49

Je comprends ! Je trouve ta démarche admirable . Et j'apprécie les gens qui remettent en valeur notre patrimoine culturel et cultural ; pour la beauté du geste et du site . C'est tout à fait dans l'esprit du "conservatoire" d'Edy . J'adhère completement au principe de " se faire plaisir " ; principe qui est une valeur essentielle dans l'Oleïculture ; le "plaisir" de la taille , de la récolte , d'une plantation et surtout le plaisir de restaurer une ancienne olivette . C'est un lien trés fort avec nos ancêtres, un respect , une continuité dans le temps , un combat contre l'oubli ! Tu m'as donné l'envie de restaurer les miennes , sans recherche d'une rentabilité . "Juste pour la fierté " et le souvenir de mes aïeux .

C'est vrai que vu la végétation qu'il y a sur ta parcelle , la hauteur de certains arbustes , cela peut te laisser bon espoir . Si tu as l'eau , tout est permis . J'essaierai de poster quelques photos également des miennes . C'est la guarrigue à l'état sauvage ; thym , lavande ,romarin , buis , cade , pin , chêne ... dans une terre argileuse relativement aride . Bon travail et fais toi plaisir ( notamment le muret .... magnifique )

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par Edy Spagnol » 22 déc. 2012 13:17

La précipitation n’est pas une solution en soi.

Avant tout, vérifier l’exposition de la parcelle, son quota annuel de soleil, faire un plan de l’olivette,
« Le croissant oléicole » va env. de 2 600/2 700 heures de soleil à 2 000/1 900 heures AN

Si vous êtes dans la zone de moins des 2 200 heures de soleil par an, avec une exposition pas forcément plein sud ! (il est préférable que la passion vous anime car pour avoir une bonne production et les olives mûres dans les temps, c’est une autre débat). Il est préférable d’optimiser avec des cultivars hâtifs ! Si vous n’en avez pas déjà de présents.

« Si vous ne pouvez pénétrer avec un tracteur », perso je broie tout ce qui est ronces, branches mortes troncs morts. Je dégage pour passer entre les oliviers (2 000 m2) avec un très bon broyeur à dos (arbre de 55 équipé broyage), surtout un bon harnais ; une tronçonneuse efficace et deux à trois chaînes prêtes à l’avance, un bon matériel d’affutage. En trois/quatre jours il ne va pas rester grand-chose (ne pas oublier une bonne protection). C’est le coup de main qui est primordial et il ne s’improvise pas.
« Il reste des hectares au conservatoire avec des arbres trois à quatre fois plus haut, si vous voulez profiter ! »

J’observe sur les rejets/départs des mattes si certains portent des olives de cultivars intéressants, je les marque par trois couleurs, ou si des rejets sur des racines sont de bons porteurs à prélever (pour eux un passage en pépinière fait de bons sujets pour l'avenir).
1- Si le rejet porteur est bien placé sur la matte (la production sera plus rapide)
2 - Ou s’il ne l’est pas (je réalise des tailles plus optimistes pour la production)
2- Sans aucune reprise intéressante « culturellement parlant » ou redevenus sauvages
a. La greffe reste intéressante sur le rejet le mieux placé (production en 5 ans)
b. Ou je sors toutes ces mattes à la pelle mécanique (si les conditions le permettent) et je remplace ces pieds (sauf si les autres oliviers présents manquent de place)

Je ne taille pas « expéditivement » :oops: des la première année. Ne pas avoisiner les 25 % d’élagage ou les observations seraient erronées. La production en bois serait si importante quelle nuirait à la production des olives. Ou vous allez passer à côte de solutions porteuses déjà présentes.

Les grands arbres, l’ombre nuit à une bonne production oléicole et il retarde la maturation, par contre si ce sont des arbres/arbustes porteurs de galles ou hébergeurs intéressants auxiliaires ou des fruitiers sauvages, les privilégier pour réaliser des haies en bordure de vos olivettes. Ce sont aussi de bonnes barrières contre le gel

Une matte saine représente 40/45 % de l’olivier, les anciens ont oublié de nous laisser la bonne recette. Mais les grandes lignes sont là.

Si l’on ne garde qu’un départ sur une matte « suivant son importance » ; une grande partie de la matte va dépérir, ce qui nuit a une bonne reprise. La matte ne garde que le nécessaire suivant l’importance de la frondaison et son diamètre que l’on laisse.

Les premières années il est préférable de garder trois a quatre départ pour couvrir le maximum de la frondaison, ou assez distantes pour éviter a la matte trop de dépérissement, ensuite en supprimer une tous les ans, ce qui va booster celui qui reste (qui de toute facon produira autant que les quatre)

Exemple : Pour une frondaison qui représente 8 m2 au sol avant élagage et qu’ensuite vous ne gardez que 2 m2, sur les 6 m2 élaguées, le système racinaire sur au moins 5/4 va irrémédiablement dépérir (pourrir) et provoquer des rejets « casses pieds pour rester courtois ». Le but des anciens était de leurrer le système racinaire « en laissant un temps » une frondaison au dessus.


Bonne fêtes à tous
Cordialement
Edy

BOUVIER
Messages : 25
Inscription : 06 déc. 2012 23:31

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par BOUVIER » 22 déc. 2012 21:38

Bonsoir,

Languedoc, je suis content de t'avoir donné l'envie de restaurer les tiennes, il est vrai que c'est dommage de laisser tout ca a l'abandon...quand je pense au travail qui a été réalisé, l'arrachage préparatoire, sortir toutes les pierres pour en faire des murets, les voyages de mulets pour l'eau, le fumier...tout ca a une époque ou les machines n'existaient pas!!! Quand on sait ce que c'est de faire un trou en garrigue a la trinque!!! RESPECT :lol:

Je vais donc me conformer a vos avis, dès cet hiver continuer l'eclaircissement entre les oliviers et au primtemps tailler mais très légèrement les oliviers. Quid de la fumure?

Je vous propose pour ceux que ca intéresse de mettre régulièrement des photos de l'avancement de cette restauration

Merci

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par Edy Spagnol » 23 déc. 2012 17:36

Deux ou trois cades de 7-8 mètres de haut ainsi que les gros chênes qui ont poussé en bordure.
« Que pour l’esthétique »
tout à fait.

Mais eux sont présents pour d’autres raisons et ils ont trouvé avec le temps un compromis/juste milieu entre eux « Arbres/arbustes/arbrisseaux/plantes/etc … » qui acceptent des « coalitions » avec le parasitisme/auxiliaires/etc…
Il est important de garder cet équilibre dans vos haies
1. Les cônes « baie » de cades, servent de refuge/nourriture à une multitude de bestioles, leurs émergences, coïncident avec la maturité des baies et à ce moment précis ils ont besoin de proies a proximité
2. Certains chênes verts aussi sont de bons porteurs de galles « par exemple sur leurs feuilles » et ont eux aussi leur cycle alimentaire
3. Comme les églantiers et ont eux aussi leur cycle alimentaire
4. Etc..
Chacun a sa chaine alimentaire et ils ont, à un moment donné, besoin les uns des autres, soient ils vivent dans les larves des uns ou ils s’en nourrissent, etc…

Où je veut en venir c’est avant de broyer "essayer"
1. De noter les différents genre/types arbres/arbustes/arbrisseaux/plantes/Etc…
2. D’essayer de quantifier leur nombre par genre/type
3. Essayer de garder « ce rapport »dans les haies
J’ai bien noté essayer !


Attention toute cette multitude Arbres/arbustes/arbrisseaux/plantes/etc…collabore a une meilleure protection ; si elle ne suffit pas a elle seule par manque de connaissances fondamentales! Elle y contribue. C’est dommage de ne pas en bénéficier.

Cordialement
Edy

BOUVIER
Messages : 25
Inscription : 06 déc. 2012 23:31

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par BOUVIER » 23 déc. 2012 20:44

Bonsoir Edy

Il est vrai que la flore y est particulièrement diversifiée, je suis parfaitement d'accord avec toi sur la diversité et l'utilité qu'elle présente. Je suis Technicien agronome de formation et j'ai quelques notions du coup

Sur cette parcelle outre les cades et les chenes qui sont nombreux dans le coin je note la présence d'erables de Montpellier, meme n specimen tres grand...Apparement c'est commun mais dans cette zone il n'y en a que sur la parcelle...etrange

Pour en revenir a ce que tu disais sur l'exposition la parcelle est réctangulaire, les grands cotés dans le sens nord/sud, et légèrement en pente exposée au Sud. Je pensait débroussailler complètement ce coté pour bénéficier de la luminosité et laisser les arbres dans les autres haies, notamment au nord pour protéger un peu du gel.

Languedoc
Messages : 249
Inscription : 03 juil. 2011 17:33

Re: Restauration olivette abandonnée

Message par Languedoc » 24 déc. 2012 14:13

Salutations à vous , Bouvier et Edy ! En voilà , un sujet "PASSIONNANT " !! Bouvier , poste nous l'avancée de tes travaux ! Avec plaisir ! Et Edy , n'as tu jamais songé à écrire ou transcrire tes connaissances ? Car c'est tout a fait instructif et passionnant ! Il serait merveilleux que nous nous retrouvions tous un jour dans ton conservatoire , si c'est possible ! Passez d'excellentes fêtes de fin d'année ... avec l'huile nouvelle , biensûr !

Répondre