Planter des olivier en parallèle de son travail

Forum général
Répondre
Chardo
Messages : 2
Inscription : 19 janv. 2015 14:57

Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par Chardo » 19 janv. 2015 16:19

Bonjour

J'ai 22 ans et je suis fils de viticulteur je suis actuellement en 5 ieme année d'école d'ingénieurs mais je crois que j'ai loupé ma voie. (trop de stress, trop d'heure, salaire pas si gros que ça quand on le ramène au taux horaire) Et au de-là de tout ça je trouve le monde de l'entreprise mal saint et impropre à la quête du bonheur. J'essayerai quand même de passer quelques années en entreprise histoire d'être bien sûr de mon choix. Mais ! j'envisage de passer le concours de professeur des écoles ce qui est pour l'instant encore possible avec un diplôme d'ingénieur.

Si j'en vient à devenir maître d'école j'aurai beaucoup de temps libre et je me demandais si planter des oliviers en activité complémentaire pourrait être un projet ?

Par exemple 5ha d'un coup et chaque année un ha de plus. J'ai cru comprendre que l'olivier n'avait pas besoin d'énormément de travail pour pousser et arriver à maturité contrairement à la plantation d'une vigne qui je peux le dire par expérience est quelque chose qui demande beaucoup de main d'oeuvre.

Du coup je voulais savoir :

- Combien coûte la plantation d'un ha d'olivier
- A partir de quand le champ d'olivier entre à production
- Combien vaut un champ d'olivier en début de production, entre le début et la pleine production et au moment de la pleine production
- Combien de tonne/ha peut on espérer au moment de la production si on ne s'en occupe que le minimum, si on les taille, si il y a de l'irrigation. (Bien évidement je parle d'une année normale sans aléas climatique)
- Le prix de vente de la tonne d'olive pour un moulin, pour une confiserie ?
- Et enfin dernière question, j'ai cru lire que les champs plantés en olivier bénéficier d’exonération de taxe... je crois foncière. Est ce que c'est vrai ou j'ai mal compris.

Mes propos peuvent paraître cupide mais j'ai besoin de savoir si ce projet a une chance de rentabilité avant de m'y lancer plein pied dedans. Vos réponses détermineront si mon amour de l'olive s'arrêtera à quelques arbres planté sur un terrain de mon père afin de confectionner mes propres olives et ma propre huil pour faire goûter à mes amis. Ou bien s'il peut aller plus loin :D

Je remercie d'avance tout ceux qui m'apporteront leur expérience. :D

davidmalhautier
Messages : 192
Inscription : 11 nov. 2012 21:27

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par davidmalhautier » 20 janv. 2015 13:50

Bonjour chardo que de questions. C'est toujours bien de voir les jeunes prendre la relève.

Si tu lis tous les articles sur le forum tu t'apercevras qu'il est très difficile de vivre de la culture de l'olivier.

Il faut donc une activité de plus agricole ou non. Certains métiers te permettent de choisir ton temps libre et de travailler les arbres, mais attention car avec 5 hectares tu n'auras pas beaucoup de temps pour faire autre chose y compris des activités liées à ton métier de base ( réunions, rencontre parents, préparation du travail).

Sur tes questions précises:

* Coût de la plantation d'un hectare d'oliviers (tous les prix dépendent de certains facteurs comme la densité etc)

Moyenne sur 250 arbres

Coût des arbres 250*7€
Coût des piquets 2€ d'occasion à 4 € neufs *250
Coût des protections lapins froid entre 100€ et 150€ pour le champ
Coût de l'irrigation environ 1500€/HA
Si pas de forage ajouter la prestation + moteur et/ou groupe
Ou bas rhône

+ Préparation du terrain travail du sol 80cm + disques entre 600€ et 1000€.

* Pour l'entrée en production

Dans le meilleur des cas si tu plantes en 2015 octobre 2019, tu auras en 2018 une petite production ( ça dépend fortement des variétés)

Pour le prix d'un champ d'oliviers en production ça dépend où tu es, j'en ai vu dans l'hérault à moins de 20000€/HA (ça fluctue beaucoup)

Pour la récolte, encore une fois très difficile de te répondre de pour moi de 0.27T/HA à 5T/HA, mais ça dépend beaucoup des variétés et de milles choses.

Pour le prix de vente pour moi huilerie 800€/T et confiserie 1800€ à 2100€ T, mais pour l'huile les années comme en 2008 où il y a beaucoup d'olives, elles sont difficile à vendre.

Pour l'exonération de taxe, ce n'est pas mon cas.


En conclusion si tu peux te lancer avec du matériel que tu as pour la vigne vas y. Plus tu planteras d'arbres et plus ce sera rentable, et moins tu auras de temps libre. 5 HA c'est beaucoup pour un début, c'est mon avis.

Quelques infos personnelles

Pour ma part je passe environ 50 heures pour tailler un hectare hors sortie ou broyage du bois de taille.
Pour la récolte en table les bonnes années tu cueilles entre 8 et 10 kg à l'heure.
Pour l'huile à deux tu ramasses dans la journée courte ( novembre décembre) entre 300 et 600 kg d'olives selon le matériel utilisé.

Mes collègues expérimentés languedoc et Zitoun te répondront peut être en ajoutant des choses que j'ai oubliées, n'hésite pas à nous en demander +.

david malhautier

Languedoc
Messages : 249
Inscription : 03 juil. 2011 17:33

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par Languedoc » 22 janv. 2015 01:38

Bonjour Chardo ! ...ce brave David , t'a bien dit l'essentiel ...il n'y a pas grand chose à rajouter .
Tes questions ne sont pas "cupides" :lol: ... elles sont concrètes !
Je comprends ta réflexion ... on se pose tous des questions existentielles .Il y a en nous , cet "appel de la terre" ,que se transmettent les générations . Auquel on a du mal à résister .
Mon père , avec bienveillance , a tout fait , pour me pousser aux études , à un avenir "vu" meilleur ! Mais sur les bancs de la Fac de Montpellier , mon village , mes terres , mes vignes , mes oliviers me manquaient douloureusement .
Il y a une sensation de liberté , un bien être , à travailler "ses" terres .Une belle mentalité ,une belle philosophie de vie , une fraternité unique dans l'Oléïculture . Mais tu es fils de viticulteur ; tu connais aussi l'envers du décors de l'Agriculture .
C'est pourquoi ton raisonnement est bon ! Soyons franc , l'Oléïculture ne peut aujourd'hui s'entrevoir qu'en "activité complémentaire".
Ceci dit , ne sous estime pas le travail de l'olivier ....la taille et la récolte sont deux périodes intenses ; surtout au delà d'un certain nombre d'oliviers .
Certes l'investissement ( plantation ) est accessible ... mais si tu pars sur 5ha , il faut déjà que vous soyez deux au travail . Pense qu'au bout de 5-6-7 ans , il te faudra , pour une récolte moyenne , un bon mois !
Employer du personnel , peut s'avérer peu rentable ( pour l'huile) et pas rentable du tout en olive de table . ça dépend aussi de ton secteur .
Le travail en famille est généralement la seule solution . Du coup , tes frais sont faibles ...et on peut dire qu'on y perd pas d'argent .
Il faut que tu saches que la culture de l'Olivier est la plus aléatoire de toutes , et probablement la plus sensible aux conditions climatiques .
Je parle pour moi ...mais depuis 3 ans , ça vire au bénévolat ...avec 0 kg sur 1200 oliviers pour cette récolte 2014 .
Entre parenthèse , 1200 oliviers, c' est pour moi la limite quand on les travaille à deux . Au delà , c'est une autre approche qui sous entend obligatoirement du personnel et/ou plus de mécanisation .

Mais bon soyons optimiste ... tu as certainement l'essentiel ...les terres et du matériel pour les entretenir . C'est déjà un bon point .
Planter des oliviers se fait en toute liberté ... pas de subventions ...mais du coup , pas toute cette tracasserie administrative qui te pourrit la vie ! Libre !
Puis être "oléïculteur" , c'est un état d'esprit ...une passion ...une famille ! Ces qualités là n'ont pas de prix ! Un moment de bonheur , dans un monde dur !
Moi , je travaille avec mon frère ; nous partageons les récoltes ...et sur une récolte "normale" , le bénéfice est intéressant ! Par contre , je le répète , la récolte est intense !

Pour finir , il faut que tu nous renseignes sur ton secteur ...les prix sont variables ( sur le paiement de l'huile , des olives ; la valeur d'une oliveraie )

En tout cas , si tu franchis le pas , soit le bienvenu ! :D Tous ceux qui croient en l'olivier permettent à cette culture de ne pas disparaitre .

Cordialement !

Chardo
Messages : 2
Inscription : 19 janv. 2015 14:57

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par Chardo » 22 janv. 2015 16:31

Je vous dis un grand merci pour vos réponses je ne pouvais pas en attendre mieux. J’ai fait quelques calculs et en effet ce n’est pas difficile de s’apercevoir que la culture de l’olivier à petite échelle est une passion qui certaines années rapporte et d’autre non.

Voilà les calculs que j’ai fait, je suis en attente de vos remarques et suggestions.

Je me suis donc questionné sur la viabilité de la culture de l’olivier à plus grande échelle donc en embauchant de la main d’œuvre.

1) Olive de table
1.1) En tant que producteur

En ce qui concerne les olives de table à 20 euro l’heure de main d’œuvre non qualifié en agence d’intérim et 8kg d’olive ramassé à l’heure il faudrait que la confiserie nous achète le kg d’olive à 2,5 euro or si le maximum est de 2.1 euro. On est perdant.

1.2) En tant que producteur et revendeur

La solution serait peut-être de ne pas les emmener en confiserie et d’effectuer cette opération soit même et les vendre soit même. L’Oulibo (coopérative oléicole à Olonzac à une vingtaine de km de Narbonne) vend au consommateur le kg de Lucques environ 17 euro Hors Taxe. (17 000 euro la tonne)

Cout de la récolte 2.5 euro/kg
Coût de la taille : 90 heures par ha (en étant large) à 30 euro l’heure de main d’oeuvre (toute taxe payé) ça donne 2700 euro à répartir sur chaque Ha.
Si je fixe à 3 euro/kg le coût de la taille => (3000 euro par tonne sachant qu’un ha fait généralement plus de 1 tonne et qu’on met de cotés les fois où il y a de belle récolte pour les années où il n’y en aura pas)
Autre coût à la culture de l’olivier que j’ajoute par manque d’expérience : 1.5 euro/kg

17-2,5-3-1.5 = 10

Si on arrive à vendre ses olives comme l’Oulibo il reste 10 euro/kg pour payer l’investissement du matériel nécessaire à la création d’une confiserie, les coûts liés à la confiserie et pour se faire un salaire. Ça ne me parait pas infaisable donc Je vais essayer de me renseigner sur le processus et le matériel nécessaire. Ceci dit ! Encore faut-il savoir vendre des olives et pour ma part je n’ai pas appris ça à l’école.

2) Huile d’olive
2.1) En tant que producteur

Si on prend 500kg ramassé à 2 en 8h à 20 euro l’heure => 640 euro/tonne ramassé
800-640 = 160, il faudrait faire 17 tonnes/Ha pour payer la taille… 17 tonnes/Ha d’après tout ce que j’ai pu lire c’est improbable et je sais même pas si on peut y arriver même en ayant une approche industrielle de la culture de l’olivier comme ils le font en Espagne. Ce n’est pas vraiment ce que j’ai envie de faire, c’est bien d’exploiter les ressources de la nature mais il faut quand même la respecter et vivre au plus possible en symbiose avec elle. La seule solution serait une main d’œuvre moins chère, encore une fois impossible car je veux rester en France chez moi.

2.2) en tant que producteur et revendeur d’huile

Je vais prendre le cas de la Lucques car c’est une olive de chez moi. J’ai lu sur internet que le rendement en huile était de 20% donc 1 tonne donne 200 litre d’huile d’olive. Le prix du litre d’huile de lucques a l’oulibo est de 23 euro HT. 200 * 23 = 4600 euro/tonne

Cout ramassage 640 euro/ Ha
Cout taille 2700 euro/ Ha
Autre cout si je dis 500 euro/Ha

4600 – 640 – 2700 – 500 =

En prenant toujours cette hypothèse de 1 tonne/ha qui me parait bien pour équilibrer les années à 0.27 tonnes/ha et les années à 5 tonnes/ha. Il reste 760 euro/ha de bénéfice auquel on enlève l’impôt sur le bénéfice 1/3 il reste environ 500 euro/ha de bénéfice. Il faudrait presque 40 ha pour sortir un salaire correct. Sachant qu’il y a toujours le problème de vendre son huile. (en plus j'ai même pas parlé de l'investissement du matériel et des coût de fabrication de l'huile)

Bref c'est un peu la galère tous ses calculs j’espère que mes chiffres reste dans les ordres de grandeur de ceux que vous avez l’habitude de voir sinon n’hésitez pas à me reprendre. Dans tous les cas cette démarche m’emmène à vous poser d’autre question.

- Existe-t-il des moyens pour mécaniser totalement ou en partie la taille de l’olivier et si oui quel est le prix de la machine qui le fait ? (au passage est ce que ça influe beaucoup sur le rendement)
- Y a-t-il des variétés d’olives que les confiseries ou les coopératives achète plus chère que d’autre ?
Par exemple dans la viticulture un hectolitre de chardonnay vaut 2 fois plus chère qu’un hectolitre de Carignan. A tel point que ça devient viable voir même confortable de cultiver du chardonnay plutôt que du Carignan. Mon père m’a souvent dit qu’une des erreurs qu’il avait faites fut de ne pas replanter ses vieilles vignes plus tôt en cépage qui valait plus le coup. De plus certains cépages qui ne valent rien à un endroit et valent de l’or à d’autre endroits. Par exemple le Carignan dans une cave des Corbière est payé à des prix qui laissent rêveur.J'imagine que ça doit être pareil dans le monde de l'olive.
- Faut-il passer beaucoup de temps à tailler les oliviers de la première année jusqu’à ce qu’ils arrivent en production ?
- Que se passe-t-il si on ne taille pas les oliviers ? Y’a-t-il quand même un peu de récolte ?

Pour finir j’aimerai que vous me donniez votre avis sur ce livre :

http://www.ctifl.fr/Pages/Kiosque/Detai ... uvrage=495

D’après les compétences de ceux qui l’ont écrit et les thèmes abordés j’ai peut-être l’intention de me le procurer. Bien sûr ça ne remplacera jamais l’expérience mais ça me fera gagner du temps. Dans tout les cas je suis du genre assoiffé de connaissance et je n’aurai pas perdu mon temps à en apprendre plus sur la culture de l’olivier.

Merci à vous pour votre écoute et vos réponses :)

tece
Messages : 86
Inscription : 06 nov. 2012 07:30

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par tece » 22 janv. 2015 18:38

Bonjour ,a voir ce lien ça coute pas cher http://fr.scribd.com/doc/147681091/guid ... leiculture

Languedoc
Messages : 249
Inscription : 03 juil. 2011 17:33

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par Languedoc » 22 janv. 2015 20:06

Haaa !! On sent l'ingénieur ! :D
Je ne vais pas te parler de transformation et de commercialisation ... ça sous entend des investissements considérables ( bâtiment , cuverie , matériel ) ; toute une législation ; toute une série de normes ; et toute une stratégie commerciale . C'est assez complexe !
Donc , si je comprends bien , tu travaillerai la "lucques" ! Bon , ce n'est pas ma variété, ma spécialité !
Sache que cette variété est compliquée ...elle est extrêmement sensible à la mouche ( la pression en 2014 a été dramatique ) ...ce qui peut hypothéquer sérieusement la récolte en olive de table et la qualité de l'huile .Le facteur "mouche" devient préoccupant avec nos conditions climatiques actuelles ... et spécialement sur cette variété .
La Lucques est mieux payée en olive de table , que d'autres variétés .... saine et de bon calibre , je crois que cela peut monter à plus de 3euros/kg ...et plus encore , les années de faible récolte . Pour t'assurer un calibre correct , le goutte à goutte est intéressant .
Cependant , si la Lucques est un "must" en olive de table ...pour l'huile , c'est moins évident . Cela dépend de la période de récolte . Si tu veux un minimum d'ardence , de caractère , il faut les ramasser tôt ...mais alors les rendements sont faibles ( entre 8 et 12% ) . Pour atteindre un 20% , il te faudrait ramasser à partir de Janvier ( par temps sec) ...rares sont les moulins encore ouverts . Sauf à avoir le sien .

Mon pépiniériste vend les plants 5,50euros TTC à l'unité . Plant entre 60 et 80 cms .

La taille n'est pas mécanisable . Mais disons que les 3-4 premières années , c'est extrêmement rapide . Et ce n'est qu'à partir de la 10ème année , suivant la croissance , que la taille devient plus conséquente .
La façon de tailler a son importance .. Tu peux imaginer ...soit tailler avec douceur l'ensemble de l'exploitation chaque année ...soit tailler plus "radical" chaque 2ans , en divisant l'exploitation en deux , par exemple .
Plus tu tailles "sévère" , plus la récolte alterne . Un principe :" l'olive ne vient que sur le bois de 2 ans " .
Et suivant les conditions climatiques , comme la sécheresse de 2014 pour moi , je pense ne pas tailler certaines parcelles ; ou alors trés légèrement .
La taille s'évalue sur le moment .

La récolte .
On m'a toujours dit que la Lucques était capricieuse ...bien plus aléatoire que notre picholine . Il faudrait qu'un Ouest-Héraultais ou un Audois te renseigne .
Si je prend l'exemple de la Picholine ; tu peux à partir de la 5ème année entrevoir de vrais récoltes ...sauf "aléas climatiques et mouches" .
Il y a par contre une mécanisation possible de la récolte ...sans être en intensif ...des entreprises qui travaillent à façon ... je crois que ça te revient à 3-4 euros l'olivier .
Mais il faut évidemment attendre que les charpentières soient suffisamment larges pour tenter le vibreur de tronc .

Avant d'imaginer " transformer et commercialiser toi même" tes olives , prends le temps des 1eres récoltes ...d'avoir une vision globale du travail de tes oliveraies , et une approche de la récolte ...adhère à u moulin coopératif .... et compare ensuite les frais , les bénéfices ...et vois si c'est opportun ( vraiment) d'investir dans ton propre moulin .
Bien souvent , ce qui sauve les moulins particuliers , c'est la trituration à façon .
Certes la demande en olive de table est plus forte que la production ...mais il y le problème du calibre , de la mouche , de la main d'ouvre .
L'huile ...il faut une récolte "moyenne" pour stabiliser les prix . Trop de récolte faut chuter les prix . Pour une récolte trop faible , la revalorisation des prix ne permet souvent que de combler les frais .

Enfin , voilà . Il y a pas mal de secteur qu'il te faut affiner .
Investir massivement , c'est passionnant comme challenge ...mais risqué . Y aller progressivement , plus raisonnable ... mais il te faut prendre le temps . Ma foi , à 22 ans , tu peux te laisser le temps de la réflexion .

A continuer ... :D

davidmalhautier
Messages : 192
Inscription : 11 nov. 2012 21:27

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par davidmalhautier » 31 janv. 2015 19:38

Salut j'ai regardé tes chiffres je vais les étudier et je t'en ferai une synthèse. Mais attention toutefois au syndrome jean de florette, rappelle-toi si tu as vu le film, jean de florette est intelligent, il a fait tous les calculs pour l'élevage des lapins et puis à cause d'un facteur non prévu la sécheresse tout par en vrille. Tout ça pour te dire que grand nombre d'oléiculteurs ont fait des calculs qui n'ont pas aboutis à une réalité et beaucoup d'entre vous se reconnaissent je pense.

En tous cas pour moi c'est vrai et je manie aujourd'hui les chiffres avec de la retenue car je sais qu'il suffit d'une variable non maîtrisée pour que tout capote. Et c'est là le problème c'est qu'on e peut pas faire des prévisions sérieuses avec des variables très aléatoires. On se base sur des moyennes, mais en 2014, personne parlait de moyenne mais tout le monde parlait de catastrophe.

Je ne cherche pas à te décourager, on a comme te l'a dit languedoc la terre nous appelle et tant mieux, vas-y mais saches juste que on ne peut pas tout prévoir.

Pour ta revue, elle est de 99 les choses ont évoluées depuis. Pour la lucques prix de vente du calibre 22 chez brunel cette année 3,80 euros. Mais attention c'est la variété la plus dure à cultiver et la plus capricieuse, j'ai 22 arbres de 8 ans et je n'ai pas encore vendu 1 kg d'olives. ( Mouche, oeil du paon et alternance terrible).
Pour le rendement en huile moins de 10% si les mouches ne les ont pas dévoré.


A bientôt david

zitoun
Messages : 119
Inscription : 17 déc. 2007 08:15

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par zitoun » 31 janv. 2015 23:04

Fan des pieds, il faut la journée pour vous lires !!! :roll:
J'aime bien "le syndrome Jean de Florette" :lol:
Tu n'as pas tord David, les chiffres et la réalitée sont très souvent opposées.
Le tout, c'est de ne pas engager des fonds exorbitant, en pensant de les récupérer à court terme. La culture de L'olivier reste une culture marginale.
Il ne faut rien attendre. Quant on fait quatre rond, c'est très bien, mais il est préférable de ne pas y compté. Un petit plus si le bon Dieu le veut.
Planter 5 Ha, ça fait balès. Même si l'olivier ne demande pas grand travail, la taille et la récolte demande du temps et des heures.
Pourquoi ne pas planter des chêne truffiers ???? là, le travail est quasi nul, et ma fois, ça rapporte ce que ça rapporte. S'ils y en a qui ce posent la question sur un complément retraite, les truffières peuvent être la solution ..... :idea:
A condition, bien sûr, de ne jamais demander un euro à l'état, pour toucher une prime ou aide à la plantation ....
A partir du moment où vous demandez une aide, ça équivaut à une déclaration. Par conséquent, vous êtes fichés. Et obligatoirement imposable au bout de quelques années de plantation.
Que ça produise ou pas. Pour eux, au bout de X années, ça rentre en production, point barre.

Message à Davidmalhautier, si tu cherches toujours un broyeur, va voir sur le coin-coin, il y en a un, d'apparence assez propre ! :wink:

Denis ROUX
Messages : 8
Inscription : 25 oct. 2010 13:57

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par Denis ROUX » 23 févr. 2015 09:22

Bonjour à tous,

C'est bien d'envisager une reconversion mais si c'est pour faire un métier comme prof des écoles seulement parce qu'il a du temps libre, je pense que c'est une erreur qui peut se payer chèrement. il faut avoir un minimum d'intérêt pour ce type de travail sinon le métier risque de devenir rapidement insupportable et ça fera des insatisfaits en chaine, prof, enfants, parents d'élèves, administration...
Bien réfléchir à tout ça. En plus il faut être nommé sur place pour profiter pleinement du temps libre.

davidmalhautier
Messages : 192
Inscription : 11 nov. 2012 21:27

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par davidmalhautier » 23 févr. 2015 10:55

Salut j’ai regardé attentivement tes chiffres. Il faut examiner attentivement les hypothèses de départ car si on fait un bon raisonnement à partir d’une seule hypothèse fausse tout le raisonnement vaut rien.

Pour la taille, il faut tailler toi-même les arbres en allant vite taille huile et en commençant tôt tu peux tailler 2 à 3 hectares avec une activité parallèle.

Pour la récolte même principe, il faut embaucher le moins possible, si tu plantes des variétés échelonnées dans le temps lucques et picholine pour la table puis huile et olives noires ça te donne en gros du 15 septembre au 31 décembre pour ramasser.

Quelques chiffres :

Rendement en huile de la lucques sur le livre caractéristiques et variétes d’olives tu as 7.2% de rendement, tu es plus prés de la réalité que 20%

Pour tes prix de vente :

Huile à 23€ Ht c’est presque impossible sans notoriété, donc si tu retiens cette hypothèse tu fausses les calculs.

Pour la confiserie, 17 € le kilo tu es plus prés de la réalité ( pot de 200g à 3.40€ Ht).

Tu as un moyen auquel tu n’as pas pensé c’est vendre toi-même les olives tapenades et autres et les faire préparer avec tes olives coût à la cravenco par exemple avec l’emballage en pots de 200g 1.60€ TTC le pot donc 8 euros le kilo.

Imagine si tu vends même 12€ HT ça te fais une marge énorme.
Mais tu as inclus 2 métiers producteur et vendeur donc la rémunération est plus importante c’est normal.

En résumé saches qu’il est plus difficile de vendre les produits de l’olive que de produire des olives et que c’est un métier à part.

N’hésites pas à me répondre pour me dire ce que tu en penses.

A bientôt david.

aiacciu
Messages : 8
Inscription : 12 déc. 2011 19:23

Re: Planter des olivier en parallèle de son travail

Message par aiacciu » 05 mars 2015 22:40

Bonjour, je suis dans le même cas que toi, les revenus moyens nets sont de 4 a 5000 euros par an par hectare me concernant...on est 2, on divise ça fait pas grand chose mais c'est un véritable bonheur de se retrouver les week ends dans l'oliveraie.... Ça vaut tout l'or du monde

Répondre