L'Oléïculteur et les ouvrages en pierre sèche

Forum dédié aux oléiculteurs : observations, problémes, conseils...
Pierre Selim LEBRUN
Messages : 8
Inscription : 04 juin 2007 16:44

L'Oléïculteur et les ouvrages en pierre sèche

Message par Pierre Selim LEBRUN » 11 févr. 2008 20:31

Bonjour,

toujours en cohérence avec mes 4 précédents messages je vous livre une bonne nouvelle sous la forme d'un extrait d'un texte de Claire CORNU de la chambre des métiers de Vaucluse :

Le métier de murailler
un savoir ancestral réhabilité par la démarche Qualité Environnementale


"Autrefois, utilisée par commodité et nécessité, comme matériaux ramassé ou extrait sur place pour gagner des parcelles cultivables, construire des routes, des barrages, des ponts et autres enclos et cabanes utilitaires, la pierre sèche fut ensuite délaissée. L'exode rural et l'ère industrielle apportèrent d'autres réponses aux besoins.

Aujourd'hui, la préoccupation environnementale nous conduit à analyser les réponses du passé pour réagir et adopter d'autres comportements plus respectueux des ressources, du climat, des hommes et du paysage. Ainsi la pierre sèche bénéficie-t-elle d'une attention toute nouvelle comme réponse innovante pour le développement durable.

En effet, bâtir la pierre locale à sec, sans aucun liant, confère à la maçonnerie des qualités inégalées. L'inertie des pierres, les anfractuosités et l'épaisseur des murs offrent l'avantage d'un ouvrage en capacité de :
capturer la chaleur du soleil le jour pour la restituer la nuit et créer un micro climat favorable aux cultures.
s'adapter et s'intégrer dans un site, visuellement et écologiquement : à la fois souple et résistant, parfaitement drainant et anti-érosif, il est un havre frais et humide apprécié d'une faune et d'une flore vivant en harmonie avec les cultures. (rôle similaire aux haies champêtres)
gérer l'eau, l'eau rare et celle en excès.
Retenir les terres, récupérer la terre arable.

C'est pourquoi, convaincus des valeurs de la pierre sèche, un noyau d'artisans militant des Cévennes, du Gardon et du Vaucluse a conduit un véritable combat pour une reconnaissance nationale. Après avoir légitimé scientifiquement cette technique, il qualifie le savoir-faire de murailler, bâtisseur en pierre sèche. La filière nationale a prit corps !


dans l'attente du plaisir de vous répondre et/ou de lire les témoignages, les initiatives,....

bien à vous
Pierre Sélim LEBRUN

Répondre